Rapport Franck

Version traduite et resumée du rapport Franck, scannée depuis La Bombe atomique : la stratégie de l'épouvante de Samy Cohen. 

Ce rapport est nommé d'après le nom du directeur du comité sur les problèmes politiques et sociaux posés, James Franck.  Il est envoyé le 11 Juin 1945 suite à la décision de bombarder le Jappon dans le but de faire d'importants dégâts par les membres du comité dont James Franck, Glenn Seaborg, et Leo Szilard. C'est ce dernier qui, de la même manière qu'il l'a fait cinq ans plus tôt pour lancer les recherches nucléaires, est à l'initiative de ce rapport. 

 

Ces scientifiques veulent exprimer leur désaccord suite à la décision de frapper le Japon, notamment car, ayant découvert que les allemands sont loins d'avoir conçu une bombe atomique et qu'ils sont proches de la capitulation, ils perdent la justification idéologique de leur travail ("dans la crainte où ils étaient que les Allemands fussent techniquement capables de produire une arme semblable"). 

Plus encore, il pensent que l'énergie atomique sera rapidement maîtrisée par d'autres pays, qu'il faut s'assurer un moyen de protection face à cette arme nouvelle et que "cette protection ne peut nous venir que d'une organisation politique mondiale". Très lucides, les savants devinent que la bombe nucléaire transformera profondément le climat politique mondial. Ils expliquent alors qu'il faut que les Etats-Unis gardent leur ascendant moral sur le reste du monde en utilisant la bombe de manière démonstrative et que les effets de la bombe "dépassent" alors "la sauvegarde des vies américaines et les avantages militaires éventuellement obtenus grâce à la brusque utilisation de la bombe atomique". Ils évoquent aussi la réaction de l'opinion publique américaine pour convaincre le gouvernement. 

 

Très clairvoyant, ce rapport illustre bien la controverse sur l'utilisation de la bombe. Cependant, les autorités américaines ne lui accordent pas d'importance et organisent les bombardements de Hiroshima et Nagasaki. D'autres scientifiques, comme Oppenheimer, ainsi que les militaires du projet Manhattan seront favorable aux bombardements. Malgré une pétition signée par 80 personnes à Los Alamos condamnant l'action du gouvernement, Hiroshima et Nagasaki seront détruites le 6 et 9 août 1945, forçant ainsi le Japon à capituler.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×